Vientiane Rescue

Des compétences, du courage, et du cœur,  ces trois mots sont bien sûr insuffisants pour décrire le travail quotidien de cette équipe créée il y a maintenant 6 ans. Depuis toutes ces années, Sébastien Perret, qui a travaillé de nombreuses années au SAMU et son équipe constituée de 200 bénévoles laotiens, répondent aux appels d’urgence des accidents de la route de la capitale 24 heures sur 24 et 7jours sur 7. Un service gratuit, et indispensable car quasi inexistant dans le pays. Vous pouvez regarder une vidéo de leur action ainsi que les statistique ici

 

Ils sont partis de rien et c’est à force de volonté que petit à petit leur projet a pu voir le jour, en se professionnalisant par le le biais de la formation des bénévoles, en créant un centre d’appel dans un petit local situé au centre-ville et, en acquérant du matériel,  puis des véhicules…

Malgré  leurs efforts quotidiens,  tout cela reste aujourd’hui insuffisant. En effet, leur  budget de fonctionnement  s’élève à 2000.- dollars par mois. Budget plus que limité quand on connaît les chiffres de leur activité. S’ajoute à cela la difficulté de trouver des fonds, sachant que toutes  les personnes travaillants dans ce projet sont bénévoles et doivent eux même travailler pour gagner leur vie. Ce manque de fonds a des conséquences telles que :

 

  • Perte de temps sur des interventions pour lesquelles du matériel adapté serait indispensable (kit de désincarcération et de réanimation, matériel de perfusion…).

  • Lavage et désinfection du matériel  ayant à la base une fonction d’usage unique afin de pouvoir les réutiliser.

  • Impossibilité d’intervenir  les soirs ou les cas sont nombreux, par manque de véhicule et/ou d’effectif disponible

Le descriptif est parlant, mais le terrain l’est encore plus. L’ASAS décide donc  de passer 2 nuits en interventions. 2 nuits ou nous ne pouvons  que constater l’efficacité de l’équipe et les  liens très particuliers qui existent  entre eux malgré la difficulté à gérer les nombreux appels, la coordination des interventions, l’information à la famille et le transport aux urgences, dans les cas pour lesquels l’issue n’est pas fatale.

 

L’équipe est organisée sur deux centres d’appels  afin de minimiser le temps d’interventions. En début de soirée, plusieurs futurs bénévoles s’ajoutent au groupe afin de suivre les formations des premiers gestes de secours d’urgence.  Entre les interventions, les bénévoles attendent les appels en se reposant sur des nattes à même le sol. Ils interviendront jusqu’au matin et à 6h00, l’équipe de bénévole de jour viendra prendre le relais.

 

C’est avec beaucoup d’émotion, que nous les quittons au petit matin, tout en ayant la volonté de trouver une solution pérenne afin de les soutenir dans leurs actions quotidiennes.

 

1/13