+ avec peu

Hospitalisation

 

avril 2017

 

Quiconque connaît les fêtes du nouvel an asiatique sait qu’il y a de nombreux débordements (non-port du casque, consommation d’alcool, vitesse excessive,…).

 

Pendant la folie de Pi Mai (nouvel an), nous avons appris que deux jeunes d’un village que nous connaissons bien avaient eu un accident de moto. Malheureusement, le conducteur de 16 ans est décédé sur le coup. Le passager a dû être transporté à l’hôpital par les gens du village sur le pont d’un camion.

 

Le trajet pour atteindre l’hôpital le plus proche était d’une heure. En effet, il n’y a pas de service d’ambulance adéquat. L’ASAS a été rendre visite au blessé,  a complété la collecte faite dans son village (car les assurances sont quasi inexistantes) pour couvrir les frais d’hospitalisation.

 

Elle a également suivi le dossier auprès des médecins. Ce jeune a eu beaucoup de chance. Sa blessure a pu être opérée sur place et n’a pas nécessité un transfert compliqué et coûteux vers la capitale.

L’ASAS suivra l’évolution de son état jusqu’à son retour au village.

1/4

Le voyage d'Onchan

 

avril 2016

 

Le mois de mai pointe son nez et notre retour en Suisse se rapproche. Cette année, nous ne viendrons pas seuls. En effet, Onchan, l’étudiant que l’ASAS a soutenu dans ses études, sera du voyage.

 

Les procédures administratives pour l’obtention du Visa Schengen étaient un peu le parcours du combattant, mais nos efforts ont été récompensés. Nous avons reçu Le fameux sésame voilà un mois. Une aventure qui s’annonce remplie de surprises et d’émotions lorsque l’on sait qu’Onchan n’a jamais quitté le Laos.

 

Son niveau de français est à ce jour excellent et il a d’ailleurs préparé pour vous un petit message.

 

Direction Ban Huay Oun

 

avril 2016

 

Nous nous rendons au petit village de Ban Huay Oun perché au sommet d’une montagne surplombant la province de Sayabouri. L’accès y est plus que chaotique. En effet, 1h30 de route en « tuktuk » est nécessaire pour atteindre un village voisin.

 

Depuis celui-ci, nous devons continuer notre route sur un tracteur, unique moyen de locomotion disponible pour circuler sur la route qui nous attend. Plus de 2 heures où la chaleur, la route tortueuse et défoncée ne suffiront pas à nous démotiver.

 

Nous arrivons dans un charmant village, accueillis par une ribambelle d’enfants. Les animations débutent, avec une belle équipe motivée. Hygiène, contage d’histoires, remise d’une bibliothèque, et de matériel scolaire. Nous procédons également à la distribution des affaires récoltées via nos « collectpoints ». Toutes les familles repartent les bras chargées. Les rires et les sourires nous accompagneront sur le chemin du retour.

 

1/6

1/6

Donation à Ban Hoy Hay

 

décembre 2015

 

Bien que le Laos bénéficie d’un climat tropical une bonne partie de l’année, les mois de décembre et de janvier peuvent enregistrer des minimas de 4 degrés dans certaines régions du nord du pays. Fuyant le froid des montagnes, une famille est arrivée au village de Ban Hoy Hay où l’ASAS était déjà intervenue en septembre 2015.

 

Cette famille de 4 enfants n’avaient aucun vêtement chaud ni couvertures. Les conséquences sanitaires dans un tel cas peuvent parfois se révéler dramatiques car les habitations sommaires ne permettent en aucun cas de trouver quelque peu de chaleur. Alertés le jour même, nous faisons le plein de vêtements au marché de Luang Prabang et expédions le lendemain la marchandise par bateau.

 

Nous remercions notre ami Olivier qui nous a mis au courant de la situation, a financé une partie des fournitures, et organisé la donation sur place.

Relooking de nos points de collecte

 

November 2015

 

Nos points de collecte crées en décembre 2014 nous ont déjà permis de récolter beaucoup de matériel. Près d’une année après sa création et au vu du succès de ce dernier, nous avons décidé de les « relooker ». 

 

Voici le résultat ! Nous avons choisi 10 lieux à Luang Prabang où les sacs et les flyers seront présents. Nous remercions tous les restaurateurs et commerçants sans qui ces points de collecte n’auraient pas pu voir le jour.

1/4

Création d’un centre informatique

 

Septembre 2015

 

L’ASAS a rencontré Vanthong (son histoire écrite par lui-même). Cette personne nous a touchés au premier instant. La vie ne lui a pas donné beaucoup de cartes en mains, mais avec le travail, la volonté et un tempérament qui  lui fait aimer la vie malgré les coups durs, ce jeune homme de 29 ans a créé une école d’anglais dans la cour de sa propre maison.

 

Un projet qu’il gère de manière bénévole en plus de son travail à temps plein. Il souhaite faire bénéficier ceux qui n’en ont pas les moyens d’un enseignement de qualité afin de leur donner le maximum de chances pour la suite de leur parcours.

 

Il déborde de projet mais le financement de ces derniers les met en péril car les seuls fonds dont il dispose suffisent à peine à faire vivre le projet initial et ne permette en tout cas pas le développement de la structure.

 

Après plusieurs séances, visites, et calculs de rentabilité, l’ASAS a financé l’ouverture d’une classe d’informatique. Au programme : achat et installation de matériel, création de flyers et recrutement d’un professeur. Les cours sont à présents ouverts !

Donation à Ban Hoy Hay

 

Septembre 2015

 

Les « collect point » créés en ville fonctionnent bien et nous  ont permis de récolter un grand nombre d’affaires. Nous nous rendons au village de Ban Hoy Han afin d’y organiser une donation.

 

Ce petit village accessible uniquement par voie fluviale se situe à 3 heures de navigation de Luang Prabang.  Il est constitué de familles Khamu  et compte 480 habitants.

 

Auparavant, ses habitants avaient leur village dans les montagnes. Ils ont migré car la nourriture n’y était pas suffisante. Ils sont maintenant près du Mékong, ce qu’il leur a permis d’agrandir leurs cultures grâce à l’eau qu’ils y trouvent en suffisance et de pouvoir pêcher. Les villageois ont conservé leur champs de riz dans les montagnes et s’y rendent tous les jours. 

 

Certain habitants ont des cultures très éloignés  (4 heures de marche) et ne peuvent pas redescendre tous les jours au village. Se sont alors les habitants qui rentrent au village qui s’occupent des leurs enfants.

 

Ce fut une magnifique journée au milieu des rizières. Mais comme lors de chacune de nos visites, nous sommes partagés entre le sentiment de bonheur par rapport aux magnifiques moments partagés, mais également celui d’amertume en découvrant autant de précarité.

Onchan

 

Mai 2015

 

Vous rappelez-vous d’Onchan ? Ce jeune étudiant dont l’ASAS a financé les études bancaires. A ce jour, il arrive au bout de son cursus d’étude. Il est toujours premier de classe et à déjà trouvé son stage de fin d’étude de 3 mois dans une association qui s’occupe de formation scolaire.

 

En plus des cours de français que L’ASAS lui donne deux fois par semaine, Onchan montrait un fort intérêt pour l’informatique. Un ordinateur portable provenant du matériel récupéré en Suisse lui a été remis. Il a très vite assimilé le fonctionnement de ce nouvel outil et a formulé la demande de créer un site web.

 

L’ASAS l’a formé plusieurs heures sur un programme de création. Il a à ce jour créé un petit site qui parle de son village.

 

Nous vous laissons le découvrir ici…..

Des compagnons en bonne santé

 

 Mai 2015

 

La situation sanitaire au Laos demande encore des efforts. La question « animal » en fait également partie. Cependant quelque actions sont entreprises afin d’améliorer la situation dans ce domaine.  Notamment un programme de vaccination et de traçabilité des bêtes destinées à l’abattage est en cours depuis 7 ans en collaboration avec le gouvernement.

 

Mais au-delà de l’élevage, qu’en est-il des animaux de compagnies ?  Le vétérinaire en charge de ce programme a également un petit cabinet de consultation, le seul de toute la province. Il essaie d’y promouvoir les soins et la vaccination des animaux de compagnie. A ce jour, les vaccins contre la rage sont gratuits tous les samedis et dimanches. Même s’il n’y a pas foule, statistiquement c’est encourageant, le nombre de consultations augmente tous les ans.

 

Beaucoup de Lao possède des animaux domestiques et on un rapport très affectueux avec ces derniers. Le problème réside principalement dans un manque de connaissance des soins à y apporter ou encore dans le prix que cela engendre (vaccins, nourriture…). Mais lorsque l’on sait que les gens n’ont souvent pas eux-mêmes les moyens de se soigner, on peut facilement comprendre que la condition animale ne fait pas partie de leurs priorités.

 

Deux chiots de 5 mois ont pourtant eu la chance de croiser la route de l’ASAS. Le propriétaire est venu nous demander de l’aide, ne sachant pas pourquoi ses animaux étaient en train de mourir.

 

Ils étaient tellement faibles qu’ils ne pouvaient plus se déplacer. Ajouter à cela des puces, une cinquantaine de tiques par animal et des estomacs infestés de vers. Les chiots ont été placés sous perfusion deux jours de suite. Malheureusement un des chiots n’a pas survécu. Quant au deuxième, nous avons encore dû attendre plus d’une semaine pour que son état s’améliore et pour pouvoir ainsi lui administrer les vaccins de bases.

 

Si les vaccins et les traitements de base antiparasitaires sont effectués dès le départ (c’est-à-dire vers 2 mois), leur coût peut être supportable pour la plupart des Laos. Le problème est que si rien n’est fait, le prix des soins va facilement quadrupler et de ce fait être inaccessible pour la majorité des personnes.  

 

Pour vous donner une idée en CHF :

 

- vaccins combinés : CHF 8.-

- vaccin antirabique : CHF 4.- en semaine et gratuit les samedis et dimanches

- traitement des parasites : CHF 2.50

 

Le propriétaire a profité des consultations pour se renseigner auprès du  vétérinaire. Il a bien dû lire tous les panneaux et les brochures disponibles dans le cabinet. Au final, une prise de conscience, et peut-être une diffusion de son expérience pourra servir à promouvoir quelque peu la condition des animaux domestiques afin d’éviter autant que faire se peu ce type de situations qui sont malheureusement nombreuses.

 

Tournée de Noël

 

24 décembre 2014

 

Bien que Noël ne soit pas d’origine bouddhiste, cette fête célébrée dans de nombreux pays est bel et bien connue au Laos. C’était pour l’ASAS l’occasion d’organiser une journée « Père Noël ». Avec l’aide de notre ami Bounmy et le renfort d’Alessandra et Dudu nous partons pour une tournée de distribution de jouets et friandises.

 

Nous écumons les routes de LuangPrabang, l’orphelinat, la bibliothèque et plusieurs quartiers.

 

Opération réussie lors de laquelle nous avons retrouvé, le temps d’une journée, notre âme d’enfant.

Point de collecte

 

 Décembre 2014

 

 

C'est avec la précieuse collaboration d'un point de vente situé au coeur du centre historique de Luang Prabang qu'un centre de collecte a pu voir le jour.

 

En effet, suite à de nombreuses demandes de personnes vivants sur place ou des touristes de passages, nous avons remarqué que beaucoup d'entre eux souhaitaient aider les populations les plus démunies par le biais de dons matériel, mais ne savaient ni où, ni comment les acheminer.

 

Grâce à ce point de collecte, L'ASAS pourra récupérer ce matériel et se chargera de la distribution lors de ses actions menées dans les villages ruraux.

 

1/4

Ecole de Pathumsomboune

 

Octobre 2014

 

C’est par le biais de l’association « Espoir pour les enfants du Laos » que nous découvrons le projet pilote de l’école de Pathumsomboune  à proximité de Vientiane.

 

Cette école est dirigée par une directrice et une équipe de professeurs soudés et volontaires. Ces derniers ne manquent pas d’idées afin d’améliorer le quotidien des 77 enfants fréquentant cette école afin de les responsabiliser en les faisant participer activement à la vie quotidienne de l’école.

 

Travaux de peintures, activité de jardinage ainsi que divers ateliers de création de produits artisanaux viennent compléter le cursus académique habituel.

 

En effet, l’école est d’une propreté rare, le matériel et les bâtiments sont bien entretenus et un potager destiné  à  fournir à l’avenir les

fruits et légumes à la cantine de l’école, est en cours de création. Ce dernier est encore en friche car aucun revenu n’est disponible afin de financer le matériel nécessaire à l’aboutissement de ce projet.

 

L’ASAS décide de financer la totalité des outils (pelles, arrosoirs, débroussailleuse ainsi que la terre et l’engrais appropriés afin de démarrer le travail du jardin. Au programme : débroussaillage, travail de la terre et culture: salade, papaye, courgette ronde, chou, persil, ail, oignon….

 

Cette école intégrant dans son fonctionnement à la fois l’enseignement scolaire et la découverte d’activités manuels dès le plus jeune âge est un moyen d’apprentissage qui sera amené à être développé dans d’autres écoles. Un bel exemple à suivre.

 

A propos de l’Association EEL :

 

LE CENTRE D'ACCUEIL EEL A VIENTIANE (Laos) :

Le principal objectif de l'association est d'offrir à des enfants laotiens, âgés de 5 à 16 ans, issus de familles défavorisées du Laos, un accueil permanent dans un centre, pour leur permettre de bénéficier d'une stabilité et d'un suivi médical tout en les intégrant dans une structure scolaire et professionnelle.

Ce centre d'accueil, en création, se situera dans la Province de Vientiane et sera géré directement par l'association EEL, avec la collaboration de professionnels locaux. Cette structure d'accueil rentre dans un projet de lutte contre la pauvreté dans le monde.

 

LES ACTIONS PERMANENTES :  

Outre l'action au Centre d'Accueil, chaque année, au départ de Vientiane, une équipe de bénévoles, se rend au Laos pour plusieurs mois. Médecins, infirmiers, aides-soignants,...mettent leurs compétences au service de dispensaires de villages.

Une action est également menée auprès d'une école défavorisée à 5 km de Vientiane ( fournitures scolaires, clôture, mobilier) .

source : site de EEL :  http://www.eelaos.com

Distribution de matériel

 

Septembre 2014

 

Suite à son retour de Suisse, l’ASAS est revenue les bras chargés de divers matériel : ordinateurs portables, livres, jouets, équipement de football, peluches, fournitures médicales…. Le matériel est distribué selon les besoins, dans différents endroits,  et à des personnes qui sont susceptibles d’en faire bon usage.

 

  • Les ordinateurs ont été donnés à The School for Disabled people,  à des écoliers ou étudiants ayant les capacités d’utiliser un tel outil ainsi qu’au directeur d’une école lors de l’une de nos visites.

 

  • Les peluches ont très vite trouvé preneurs chez nos petits voisins de quartier. Nous en avons encore en stock,  mais les réservons pour les enfants dont nous prenons en charge l’hospitalisation. En effet, un petit compagnon est toujours le bienvenu dans ces moments difficiles.

 

  • Un équipement de foot et des jouets ont été donnés à l’école de Huey Krang dans le district de Nan, où nous sous sommes rendus en compagnie de l’équipe de la bibliothèque.

 

  • Les fournitures médicales vont être triées et distribuées à diverses personnes après une petite formation quant à leur utilité et leur mode d’utilisation.

 

  • Une partie de ce matériel a été donné au village à proximité de Luang Prabang après les inondations subies au mois de septembre.

 

Nous remercions encore une fois les personnes qui nous ont soutenues par le biais de ces dons matériels.

 

1/4

Soutien d'un étudiant

 

 Avril 2014

 

Onchan a 20 ans et est issu d'une minorité éthnique, les khamus, peuple des montagnes. Onchan a pleins de projets d'avenir et savait pertinemment que s'il voulait les réaliser il devait se rentre en ville, loin de son village natal et de sa famille.

 

Il arrive à Luang Prabang à l'âge de 12 ans. A ce jour il vient de finaliser sa première année d'étude bancaire et parle parfaitement l'anglais qu'il a appris en autodidacte. Afin de financer ses études et son petit logement, il travaille tous les jours après ses cours en tant que réceptionniste dans un hôtel.

 

Nous passons du temps avec lui tous les weekends afin de lui apprendre le français. Il a déjà un très bon niveau en discussion mais également en écriture et en lecture. Il ne sait pas encore ce qu'il fera plus tard, peut-être banquier ou guide touristique.

 

Les quelques heures de loisir dont il dispose, il les passe à la bibliothèque, son prochain challenge : apprendre le chinois.

 

L'ASAS a décidé de prendre en charge son écolage pour l'année à venir.

 

 

Inondations à Luang Prabang

 

Septembre 2014

 

Fin septembre, un important cyclone a frappé le Vietnam. Une partie de celui-ci a atteint le Laos, touchant notamment un village aux alentours de Luang Prabang.

 

L'aide d'urgence s'est organisée rapidement, principalement entres les "Falangs" (étrangers) qui habitent sur place.

 

Le 22 septembre, l'ASAS s'est rendue dans ce village avec d'autres donateurs, afin de confier le matériel (alimentation, vêtements et produits de première nécessité) aux professeurs du village. Ces derniers se chargeront de le répartir entre les habitants.

 

Sur ce seul village, 13 personnes ont tout perdu car leur maison a été détruite par la tempête. Plus de quarante personnes ont perdu leurs récoltes de riz, ce qui, pour la plupart d'entre eux, constituent leur unique moyen de subsitance.

 

 

 

On se souvient de la ludothèque de notre enfance

 

April 2014

 

Nous habitons dans un village au milieu de la communauté lao. En effet, nous sommes les seuls "falang" du quartier. Malgré cela nous avons été accueillis très chaleureusement et partageons d'excellents moments avec nos voisins.

 

La vie de notre quartier est très animée notamment par les enfants qui une fois rentrés de l'école jouent tous ensemble dans la rue.

 

Un détail ne nous a cependant pas échappé, les jouets sont quasiment inexistants. L'ASAS décide donc d'aller en acheter quelques-uns : petits camions, livres de lecture et de coloriage, cerceaux, cordes à sauter, ballons de foot... sont maintenant à disposition dans une malle de notre jardin.

 

Autant vous dire que l'animation ne manque pas.

 

 

Cours d'anglais à des enfants des villages

 

 Mai 2014

 

C'est par le biais d'Onchan (ci-dessus) que nous rencontrons son oncle et les enfants dont il s'occupe. Comme Onchan, son oncle s'est également installé en ville, loin de chez lui, afin de trouver du travail et de continuer ses études.

 

Il accueille plusieurs enfants venant de son village afin qu'ils aient la possibilité d'être scolarisés. Ils vivent à neuf sous le même toit mais lorsque le coeur est grand, il y a de la place pour tout le monde. Ces enfants, âgés de 9 à 14 ans, souhaitent apprendre l'anglais, matière enseignée uniquement à l'école secondaire.

 

C'est Onchan qui organise des cours pour eux, avec des clients de son hôtel. C'est avec un immense plaisir que nous avons accepté de nous y rendre durant nos weekends.

 

Au programme, livres d'anglais provenant de  la bibliothèque, discussion, rires et mille sourires échangés.

 

 

 

 

Hospitalisation d'urgence

 

 June 2014

 

Le système de santé au Laos est très limité et les soins accessibles à la partie la plus aisée de la population. En effet les assurances n'existent pas ou très peu et lorsqu'une personne a besoin de soins, l'automédication à base de plantes ou les chamanes sont les pratiques les plus répandues.

 

De plus, les hôpitaux sont souvent très éloignés des villages et plusieurs heures de trajet sont nécessaires pour s'y rendre. Il arrive parfois que les habitants du village se cotisent afin de pallier les frais de voyage et d'hospitalisation. Car toute prise en charge (même en cas d'extrême urgence) est payable d'avance.

 

L'ASAS a été sollicitée pour une avance de frais d'hospitalisation d'une personne âgée. En effet, cette personne a été hospitalisée à l'hôpital de Luang Prabang et au vu des fortes pluies, la route d'accès du village familiale n'était pas praticable. La famille ne pouvant arriver jusqu'à Luang Prabang pour amener l'argent (CHF 50.00), l'hospitalisation n'était pas possible.

 

Au final, lors du remboursement, l'ASAS a décidé de prendre à sa charge les frais de traitement et à renoncer à être payée en retour.

 

 

 

Création d'un centre de cours en informatique

 

 Mai 2014

 

Le Laos est en plein développement et les nouvelles technologies y ont une place de prédiléction. Le matériel et les cours sont cependant très onéreux pour la plupart des gens (revenu mensuel moyen du pays CHF 100.-).

 

Nous rencontrons le patron d'une société d'informatique. Suite à de nombreux échanges, nous décidons de former son personnel.

 

En effet, ses employés sont très compétents en ce qui concerne le hardware mais le niveau de connaissances en matière de programmation (Internet et autres logiciels) n'est pas très élevé. En échange, nous souhaitons créer un centre de formation permettant aux enfants d'avoir accès gratuitement à des cours.

 

Au programme de cette formation : apprentissage du langage html, travail graphique de photos, montage vidéo, programmation visual basic, excel, word et bien entendu pour les débutants, cours de base.

 

Connaissant le but futur de ces cours, le personnel montre une motivation et un engagement de premier ordre. En effet, une fois formés, ils reprendront le flambeau et deviendront formateurs à leur tour.