Luangprabang Library

Taowana

Les nouvelles sont bonnes et prometteuses le concernant. Voici déjà une année que l’ASAS était venue  en aide à ce jeune garçon qui ne pouvait pas se rendre à l’école,  faute de moyens financiers et en raison d’une situation familiale très compliquée.

 

La première fois que nous l’avions rencontré, son visage était fermé et on pouvait y lire beaucoup de colère et de tristesse.

 

Une année s’est écoulée depuis et le jeune garçon semble avoir retrouvé son sourire. Ses résultats scolaires sont très bons et il nous a même confié vouloir entreprendre des études dans un lycée technique à la fin de son école secondaire d’ici 2 ans.

 

C’est avec beaucoup de plaisir que l’ASAS prendra à nouveau en charge l’intégralité de ses frais de scolarité et matériel scolaire et les frais de transport de bateau pour se rendre à l’école tous les jours. Rendez-vous l’année prochaine pour suivre la suite de son parcours.

Visite à Ban Kho Kram           

 

avril 2016

 

Beaucoup de villages où l’ASAS est intervenue se situent sur les bords du Mékong.

 

Après avoir livré le bateau de transport scolaire dans l’un deux, nous nous arrêtons sur le chemin du retour au village de Ban Kho Kram. Nous ne les avions pas prévenus de notre arrivée, mais l’accueil était, comme à l’accoutumée, très chaleureux.

 

Nous sommes ravis de constater que les blocs sanitaires sont impeccablement entretenus et que les abords s de l’école sont propres. Nous entamons quelques chansons avec les enfants qui ont une énergie débordante, vue l’heure matinale.

 

Nous profitons de distribuer à chaque enfants une collation. On apprend mieux le ventre plein.

 

Construction d’un bloc sanitaire à Ban Kho Kram

 

décembre 2015

 

Ban Kho Kram, ce petit village de pêcheurs au bord du Mékong où l’ASAS avait construit une école en avril 2015. Un projet de construction de bloc sanitaire avait alors été prévu.

 

C’est maintenant chose faite. Les villageois, forts de leur première expérience de la construction et ayant tous les outils nécessaires à leur disposition, se sont mis à l’œuvre et la construction s’est achevée en 2 semaines. L’ASAS s’y rend au mois de décembre avec les derniers matériaux de finition (peinture, robinets, etc…).

 

Nous profitons également de notre passage pour organiser une collecte de déchets autour de l’école. En rires et chansons, nous essayons de leur enseigner quelques rudiments de gestion des déchets. Nous passons un très bon moment, même si nous constatons malheureusement que les connaissances sont quasi nulle sur le sujet.

 

L’ASAS décide de mettre en place un projet global comprenant un atelier et des supports didactiques. Encore un challenge à venir dont nous ne manquerons pas de vous informer.

1/5

1/6

Village de Pakou             

 

novembre 2015

 

Les différentes interventions de l’ASAS, notamment pour le soutien en matière d’éducation se font rapidement connaître auprès d’autres villages voisins. C’est ainsi que des professeurs de l’école de Pakou nous ont sollicités afin de venir faire un point sur la situation de leur école qui compte 70 élèves.

 

Le constat est le suivant : la toiture de l’école est endommagée, le bloc sanitaire reste partiellement impayé, aucun enfant ne dispose de livres, les professeurs manquent également de matériel (papiers, stylos…).

 

Nous y retournons 3 semaines plus tard et organisons une journée rythmée de danse, de jeux, de lecture d’histoires, de chants. L’hygiène restant toujours au premier plan de ces animations.

 

Au final, chaque enfant a reçu les trois livres du programme officiel, un savon, une brosse à dents, un dentifrice, un cahier de texte, un stylo et une gomme. Le financement du bloc sanitaire a été soldé et une bibliothèque contenant 200 livres de contes et d’histoires ainsi que du matériel de bureau ont été remis aux enseignants.

 

Le toit de l’école n’a pas pu être pris en charge pour le moment.

Livraison de pupitres à  Ban Kho Kram

 

octobre 2015

 

Le 31 octobre, l’ASAS repart à Ban Kho Kram.

 

En effet, suite à la construction de l’école nous avons équipé les salles de classe de bureaux et de chaises. Nous profitons du trajet pour prendre les mesures de  la future construction, un bloc sanitaire.

 

Comme lors de chaque visite dans ce village, nous retrouvons, une ambiance et un accueil toujours aussi chaleureux.  Sur le chemin du retour, nous visitons une autre école qui nous a demandé de l’aide.

 

Nous nous y rendrons le 26 novembre et vous tiendrons informés des actions effectuées.

Des nouvelles de Khanya             

 

octobre 2015

 

Khanya vous ne connaissez pas encore  son nom, mais vous connaissez son fils : Taowana ; le garçon dont l’ASAS finance la scolarité.

 

Nous vous avions informés que son père avait eu un accident qui lui avait brisé le dos. Nous nous sommes donc rendus à l’hôpital de Luang prabang afin d’avoir un diagnostic.

 

Résultat des courses : aucune opération envisageable ici, il devra se rendre à Vientiane. Le 18 octobre, Khanya part donc en direction de la capitale accompagné de sa maman (que l’on peut voir sur la photo avant le départ) qui s’occupera des soins de bases à l’hôpital ainsi que de la nourriture.

 

L’ASAS a financé le voyage ainsi que les frais de soins et de nourriture. Son fils, Taowana est resté au village, une cousine veille sur lui. Le diagnostic est tombé la semaine dernière : une opération peut être envisagée, mais avec un risque de plus de 50% que sa situation ne s’aggrave après celle-ci. Le choix lui appartenait et Khanya a décidé de ne pas tenter une seconde opération. Il est retourné au village auprès des siens qui s’organisent pour s’occuper de lui.

 

 

 

 

 

Aller à l'école un droit pour tous

 

août 2015

 

Il s’appelle Taowana il a 13 ans et habite un petit village à 1 heure de route de Luang Prabang sur la rive droite du Mékong. Sa vie était semblable à celle de tous les autres enfants de son âge jusqu’au jour où son père eu un terrible accident en forêt. En effet, en voulant couper du bois pour finir la maison familiale, l’arbre lui tomba sur le dos lui paralysant les deux jambes. Après cet accident, et malgré les soins quotidiens,  sa femme et Taowana tentèrent de continuer à mener une vie normale. Mais la situation empirait de jour en jour car l’argent commençait crucialement à manquer. Une année plus tard, la mère de Taowana abandonna son mari et son fils unique sans explication. A ce jour, nous n’avons toujours aucune nouvelle de sa part.

 

Suite à ce départ, la vie quotidienne était devenue très compliquée à organiser. Mais malgré cela, Taowanna et son père se serrèrent les coudes. Le jeune garçon continua à se rendre à l’école tous les jours (il doit pour se faire prendre un bateau afin de traverser le Mékong puis rejoindre son école par un petit chemin boueux).

1/4

Une femme du village s’occupe d’apporter la nourriture quotidienne et son père cuisine tant bien que mal sur un petit feu de bois à même le sol. Afin de payer cette nourriture, il s’est fabriqué une petite forge et fabrique également des paniers en osier. Mais ces activités ne suffisent pas à subvenir aux besoins de la petite famille.

 

C’est le professeur de Taowana qui a alerté la responsable de la bibliothèque avec qui nous collaborons afin de trouver une solution durable pour les aider.

 

C’est le 23 août que l’ASAS se rendit dans le petit village afin de rencontrer la famille et de se rendre compte de la situation. Au final, l’ASAS a décidé de s’engager sur la prise en charge des frais de scolarité pour une durée de 3 ans, ce qui correspond à la fin de sa scolarité obligatoire. La suite devrait être rediscutée en tant voulu dans le cas ou Taowana déciderait de poursuivre ses études.

En parallèle, le rapatriement de son père à l’hôpital pour des examens complets sont prévus d’ici à la semaine prochaine. Nous ne manquerons pas de vous tenir informer de l’évolution de leur situation respective.

Village de Kho Kram

 

 avril 2015

 

Petit village d’environ 200 habitants situé au bord du Mékong à 2 heures 30 de Luang Prabang en remontant vers le nord du Laos.

 

Suite une visite effectuée au village de Pou Panack pour constater l’avancée des travaux du bloc sanitaire, nous traversons le village de Kho Kram qui se trouve sur notre chemin.

 

Le hasard fait bien les choses. En effet,  nous le découvrons car la route que nous empruntons normalement est impraticable, nous obligeant à faire le trajet en tuktuk, bateau puis marche de 1heure 30. C’est en descendant pour rejoindre notre embarcation sur le Mékong que nous rencontrons les habitants de ce petit village, pour lesquels, nous sommes apparemment les premiers étrangers qu’ils rencontrent.

 

Les villageois ont besoin d’une nouvelle salle de classe.  Le bâtiment existant n’est plus assez grand pour abriter le nombre d’élèves qui s’accroît chaque année. Une construction sommaire en bambou a toutefois été réalisée, mais il est  certain qu’elle ne résistera pas à la saison des pluies.

 

Distribution de matériel

 

avril  2015

 

Une école c’est bien, mais avec  des livres c’est encore mieux. Nous repartons  donc avec l’équipe de la bibliothèque,  qui comme d’habitude, a animé une journée riche en couleurs.

 

Comme lors de chaque visites : livres éducatifs, cahiers, stylos, text book contenant le programme officiels sont distribués à chaque enfant, sans oublier savon, brosse à dent et dentifrice.

 

 

1/15

Rapatriement à l'hôpital

 

 avril 2015

 

Comme lors de toutes nos visites dans les villages, nous avons à faire à de nombreux enfants et adultes qui ont besoin de soins. Il s’agit  pour le 80% des cas, de plaies infectées dues à une absence  de petites fournitures de soins,  ou encore de cas de fièvre  ou de carences alimentaires dues, quant à elles, à un manque d’hygiène corporelle et /ou alimentaire.

 

C’est donc au total 8 enfants accompagnés d’un de leur parent  et 1 adulte que nous emmenons  à l’hôpital de Luang Prabang.

Une véritable petite expédition étant donné que le trajet est assez long et que nous devons faire vite pour revenir avant la nuit (les bateaux ne circulant pas de nuit à cause du danger lié aux nombreux  rochers).

 

Au final tout s’est bien déroulé. Mis à part un cas qui a nécessité 3 jours d’hospitalisation (carences alimentaires aggravées). Sutures pour certain, désinfections pour d’autres ou encore traitements antibiotiques. Tout ce petit monde est retourné  au village après une halte demandée au grand marché de Luang Prabang (le Talad Poussi). Eh oui, on ne vient pas à « la grande ville » tous les jours.

 

Nous en avons profité pour fournir à chaque enfant  short, teeshirts et chaussures. Le minimum pour certain, mais qui n’existe pas pour beaucoup au Laos.

 

Après la théorie, la pratique

 

21 décembre 2014

 

Suite à notre visite et à diverses actions liées à l’hygiène menées  au village de Pou Panack, l’ASAS prend la décision d’équiper l’école de deux sanitaires. La construction prendra 3 semaines. La difficulté principale de cette opération résidait dans  l’acheminement des matériaux sur place. Pas moins de 9 voyages en camion,  sur une route plus que chaotique, seront nécessaires  afin  de réunir l’ensemble des éléments pour débuter la construction.

 

Au final, la construction de deux sanitaires ainsi que d’un bac de rétention d’eau destiné à l’arrosage des jardins en soubassement sera réalisée.

 

Nous profitons d’un de ces déplacements pour faire le suivi des bases d’hygiène enseignées au préalable, pour redistribuer du savon et des brosses à dents  à chaque élève, et pour installer dans chaque salle de classe des panneaux rappelant les règles élémentaires d’hygiène . Nous distribuons également des vêtements et de petites fournitures médicales (matériel récupéré via notre point de collecte) et pour équiper chaque élève d’un school book*.

 

 *Ce cahier est bien souvent le seul support de cours dont les enfants disposent. Il contient des exercices et le programme officiel de l’année. Dans la plupart des écoles, ces livres sont inexistants car onéreux. Si l’école en dispose, il n’y en a pas suffisamment pour tout le monde (en général, 1 livre pour 3 enfants). Les élèves l’utilisent  alors ensemble durant la classe et l’emportent à la maison  pour les devoirs à tour de rôle en faisant un tournus hebdomadaire.

 

 

1/17

Ban Phatong Loum (village Khamu)

 

 26 septembre 2014

 

Ce n’est pas moins de 187 enfants âgés de 3 ans 12 ans qui fréquentent  cette école primaire de Huey Krang qui se situe au sud de Sayabouri dans le district de Nan. Nous nous y rendons avec l’équipe de la bibliothèque, qui dès notre arrivée, organise différents jeux et animations.  Apprendre en s’amusant voilà un créneau qui met tout le monde d’accord.

 

Au total, des centaines de livres et cahiers d’exercices du programme officiel pour les différents niveaux des classes, stylos, carnets d’écriture,  matériel d’hygiène, et divers jeux ont été distribués aux enfants et aux professeurs. L’accueil était très chaleureux, la musique et les rires au rendez-vous.

 

Un peu de culture : L'ethnie Khamu 

 

Les Khamu font partie de la famille ethnolinguistique austro-asiatique dont le langage dérive du môn et du khmer. Cette famille représente 22.6 % de la population du Laos, ce qui fait d'eux le groupe le plus important de la famille môn-khmer. Premiers habitants du Laos, ils vivaient dans les vallées avant l'arrivée des Lao du sud de la Chine au XIème siècle. Les Lao maîtrisaient les techniques d'irrigation et ont sans doute repoussés les Khamu sur les hauteurs. Peuple paysans, défricheurs, ils vivent principalement de  la culture, des activités de chasse, de cueillette et de la forge.

Apprendre, comprendre et s'amuser

 

23 mai 2014

 

L'ASAS part en compagnie de l'équipe de la bibliothèque afin d'acheminer des livres, du matériel scolaire, des produits d'hygiène courante et des jouets pour l'école primaire du village de PhaNack (district de Pak Ou) qui se situe dans les montagnes à 3 heures de route de Luang Prabang. 

 

Trajet plus que cahotique et route impraticable durant la saison des pluies. Dès notre arrivée, l'équipe de  la bibliothèque prend les activités en mains : animation de divers ateliers en jeux et chansons, distribution du matériel, échange avec les villageois...

 

Beaucoup d'émotion et de sourires partagés durant cette journée.

 

 

Offrir les soins de base

 

18 juin 2014

 

Lors de la visite de l'ASAS dans le village de PhaNack (ci-dessus), nous avons rencontré des enfants qui étaient malades ou victimes d'infection suite à des blessures mal guéries.

 

Au Laos, avec le climat tropical, de petites blessures sans importance apparente deviennent vite de grosses infections pouvant causer des séquelles irréversibles.

 

Dès notre retour à Luang Prabang, nous avons informé la directrice de la Library et lui avons demandé de bien vouloir organiser le rapatriement vers l'hôpital pour ces 4 enfants âgés de 2 à 8 ans. Aprés une semaine de traitement, les voici à la sortie de l'hôpital, accompagnés de leur parents.

 

 

Apprendre le français

 

mai 2014

 

L'ASAS donne gratuitement des cours de français aux petits et grands motivés pour apprendre une langue que leur aînés ont connue durant la période du protectorat français.

 

Dans les locaux de la bibliothèque se réeunissent une heure par jour les personnes désirant suivre nos cours. Au vu de la difficulté à communiquer, dessins et jeux font partie intégrante des leçons.

 

Que de magnifiques sourires offerts pour seulement quelques heures de vie données.